hickstead
hickstead

Elevage de vie : hickstead
The " De Vie " breeding farm

hickstead

hickstead




ENTREE | ENTER

hickstead

Hickstead pense qu'il est le plus grand, mais il a le plus grand coeur. Il fait attention a ce qu'il fait et il est brave. Il est amical, mais il agit comme un vrai étalon. C'est un cheval qui s'applique énormement dans le saut d'obstacle et pour plaire a son cavalier/propriétaire. Dans une saison de concours, il n'a fait tombé qu'une seule barre par terre. Sa dicipline, c'est vraiment le saut d'obstacle. Il adore sauter et il est très doué. Il est également très intelligent et très beau. Il sait comment se comporter sur un terrain de concours. Pour lui, tout est connu. Il se souvient de tous ses souvenirs avec son ancien cavalier, Eric Lamaze. Histoire Avant Son Arrivé A Heartland : Hickstead a eu une grande carrière de saut d'obstacles avec son cavalier, Eric Lamaze. Lors des jeux olympiques de Pékin, Hickstead s'est intoxiqué a cause de la pollution. Il s'est gravement blessé a un antérieur. Il ne pouvait plus sauter. Eric Lamaze a lui aussi été intoxiqué. Il est mort là bas. L'équipe de saut d'obstacles Canada a décidé de le faire enterré a son écurie personnelle, en Ontario. L'équipe Canada auraient bien pris Hickstead, mais celui-ci a refuser d'être monté pendant un bon moment. Et de toute façon, avec sa blessure, il ne pouvait pas. Enfin, un des membre a réussi a le faire galopper, mais il ne l'a pas fait sauter. Sa blessure ne le lui permettait pas. Il l'a fait travailler pendant un bon moment au sol, pour voir son évolution, mais ça n'a rien donné. Il l'a donc envoyé a Heartland, qui sait, peut-être qu'il guérira ! Mais l'équipe Canada ne le veut plus. Et Hickstead est si attachant, comment Jessica va-t-elle réagir a cette séparation .Vente de chevaux, pouliche, poulain et poulinière de hickstead à vendre à l'élevage de vie.Photos et videos des pouliche, poulain et poulinière de hickstead à vendre à l'élevage de vie.Filly,colt and mare horse for sale by hickstead stallion

hickstead

production de hickstead : foal,poulain,pouliche,poulinière,filly,colt,mare,stallion

Parmi les couples pris en considération subjectivement, mentionnons Lamaze et Hickstead, l’étalon warmblood hollandais de onze ans d’Ashland Stables, qui ont remporté l’épreuve de sélection de mercredi et se sont classés deuxièmes à celle de jeudi. Lamaze ayant choisi de concourir en Europe plutôt qu’aux deux premières sélections tenues à Palgrave, Ontario, il n’est pas admissible à la sélection sur la base des points. « Éric a enregistré de superbes performances et Hickstead est dans une forme supérieure », a observé le président du comité de sélection Terrance Millar. « C’est Jill qui a certainement le dessus lorsqu’on considère le classement, mais pour les autres tout est encore possible, car les résultats sont vraiment serrés. Ce n’est qu’à la dernière épreuve qu’on saura vraiment qui se démarque. » Hickstead effectuait un retour à la compétition puisque depuis octobre dernier, il était en convalescence suite à des complications conséquentes à une sévère colique. « Il se sentait bien et débordait d'énergie » a confié Éric Lamaze en parlant de Hickstead. « Plus j'accélérais et plus il s'élevait au-dessus des obstacles. C'était son premier Grand-Prix de la saison et il comportait des difficultés techniques qui n'ont pas intimidé Hickstead » a ajouté Éric Lamaze qui compte sur l'étalon appartenant à Ashland Stables & Torrey Pines pour faire équipe s'il est sélectionné pour les Jeux olympiques 2008 qui se tiendront à Pékin en septembre prochain. Éric Lamaze, 39 ans, est originaire de Montréal et demeure actuellement à Schomberg, en Ontario. Pour avoir obtenu la première place, il empoche 22 500 $. Nous nous souviendrons, qu'il a remporté lors de la troisième semaine sous le soleil de West Palm Beach, le 50 000 $ Smart for Life Grand-Prix CSI** le 3 février dernier avec Narcotique de Muse II. Grâce à ses récents succès, Éric Lamaze a gravi d'une place au classement mondial et est considéré comme le sixième meilleur cavalier en saut d'obstacles au monde En remportant la médaille d’or après un duel de titan, Éric Lamaze d’origine montréalaise, a atteint le niveau le plus élevé de reconnaissance à l’échelle de la planète. Déjà homologué comme troisième meilleur au monde par la Fédération équestre internationale (FEI) au cours des derniers mois, il vient de se propulser au sommet et sera considéré comme une des plus prestigieuses personnalités du monde équestre. À l’échelle du Canada, Éric Lamaze écrit un nouveau chapitre : il est le premier cavalier canadien a remporté une médaille d’or à titre individuel. Cette médaille d’or appartient également à Hickstead, l’étalon Demi-Sang Hollandais qui fait équipe avec Éric Lamaze. La compétition d’aujourd’hui s’est fait en trois phases sur un parcours exigeant un très haut niveau technique. Après la première phase, 22 cavaliers ont été retenus : 10 ont réussi un parcours sans faute et 12 accusaient un 4 fautes, soit une seule barre de renversée. Jill Henselwood, Ian Millar et Éric Lamaze, les trois Canadiens étaient du groupe. Dans la deuxième phase, seulement deux cavaliers obtiennent un parcours impeccable : tout était en place pour déterminer la médaille d’or et d’argent entre le Suédois Rolf-Goran Bengtsson avec son cheval Ninja et le Canadien Éric Lamaze en selle sur Hickstead. Le sort a désigné le Suédois pour débuter et il a renversé une barre avec un chronomètre excellent. Tous les yeux étaient tournés vers Éric Lamaze. Il devait faire preuve de stratégie : réussir à tout prix un sans faute sur le parcours mais si une erreur survenait, il se devait d’avoir un bon temps chronométré pour rester dans la lutte. En plein contrôle de son magnifique étalon, avec assurance mais faisant preuve d’audace, il a réussi un parcours parfait. Après avoir réalisé qu’il venait de conquérir l’or, Éric Lamaze a lancé son chapeau dans la foule en exultant de joie. Les spectateurs l’acclamaient à tout rompre alors Éric a fait signe que l’on devait également acclamer Hickstead, son complice âgé de douze ans, cheval particulièrement jeune pour ce niveau de compétition. Éric Lamaze confia à un journaliste de la CBC que lorsque vous donnez la chance à des gens de revenir alors qu’ils ont fait des erreurs, de grandes choses peuvent se produire. « J’en suis un exemple parfait » ajouta t-il avec beaucoup d’émotion. Et parlant de Hickstead, il le sentait en grande forme mais aujourd’hui, dira Éric Lamaze, « il m’a tout donné ce qu’il avait. C’est un cheval extraordinaire ». Aujourd’hui, Éric Lamaze vient de revitaliser l’histoire du sport équestre canadien. En gagnant une médaille en individuel, il devient un héros national, il entre dans l’histoire du sport et surtout il prouve qu’à cœur vaillant rien n’est impossible… A Geneva Palexpo, il est venu une seule fois, en 1996, discrètement, pour la Finale de la Coupe du Monde, sans jouer les premiers rôles. Il y revient cette fois par le grand portique d’entrée, auréolé d’un titre olympique. Et avec Hickstead, un étalon fabuleux qui suscite l’envie du monde entier, comme sauteur et comme reproducteur. Eric Lamaze est devenu une star, mais le Québécois reste simple, cool et disponible. Attachant, quoi ! Déjà 3e mondial avant les Jeux et N°2 depuis son titre, Eric Lamaze ne peut pas être considéré comme un champion olympique surprise. Mais il n’était pas très connu de ce côté-ci de l’Atlantique avant son triomphe de Hongkong. Avec Hickstead, il ne constituait pas encore aux yeux du grand public un couple mythique. Pourtant, ces deux-là forment incontestablement la paire la plus performante de l’année, et l’or leur va bien. Quelle complicité, quelle force, quelle énergie ! Personne n’a pu leur résister aux Jeux Olympiques bien sûr, ni à Wellington, Calgary ou encore à Caen et à Toronto dans le tout récent Grand Prix Coupe du Monde. Et le Canadien était encore 4e du Grand Prix de Belgique à Lummen, 2e du Grand Prix du CSIO de Madrid et 2e du RIDE à Deauville, fin septembre. Le couple, finalement 5e, est aussi passé très près d’un exploit dans le Masters de Spruce Meadows. Il aurait en effet gagné sans sa faute sur l’ultime obstacle, le fameux vélo des Mondiaux de La Haye, qui en irrite plus d’un. Une faute qui a coûté cher au Québécois, une surprime de quelque CHF 775’000 ayant été promise en cas de triplé dans les Grands Prix de Calgary, Wellington (Lamaze avait triomphé au Canada en 2007 et en Floride cet hiver) et Spruce Meadows. Chère, la faute ! A Hongkong, les parcours de Leopoldo Palacios (qui fut le chef de piste de Palexpo en 1998 et 1999, juste avant qu’il ne construise les Jeux Olympiques de Sydney) étaient particulièrement techniques et subtils. C’est la qualité de l’équitation, le dressage du cheval, la soumission, qui faisaient le tri, et on pouvait monter toutes les lignes en avant, comme l’a du reste si bien fait Eric Lamaze (chez lui, c’est instinctif et il recherche d’ailleurs des chevaux faits pour cela !). Jamais il n’était besoin de casser le rythme du cheval pour caser une foulée de plus. Précision des cavaliers, f inesse de réaction des chevaux, bref du grand sport ! Et si le cyclone annoncé eut le bon goût d’attendre la nuit de la f inale pour débarquer à Hongkong, le public eut droit à un ouragan nommé Hickstead... Hickstead est un phénomène: quel pep et quelle force se dégagent de ce fantastique étalon de 12 ans ! On notera que les trois chevaux médaillés aux JO sont hollandais et deux, Hickstead et Authentic, issus de Guidam, étalon mort cet été (un bel hommage posthume !). Consécration et rédemption Eric Lamaze, premier Canadien sacré en individuel (Michel Vaillancourt était 2e derrière Alwin Schockemöhle en 1976 à Montréal) est aussi un champion hors normes. Et plein de panache, comme il l’a encore prouvé lors du barrage, ne se contentant alors pas d’assurer le sans-faute. Dans les tribunes, des drapeaux à la feuille d’érable et des pancartes "Lamazing" s’agitent. Eric Lamaze est champion olympique et pour tous ses supporters, si admiratifs, c’est le bonheur. Ils le savent depuis longtemps, eux, que Lamaze est un as. La vie du Québécois a été faite de hauts et de bas, de cabosses, mais chaque fois il est revenu plus fort. Un champion capable d’encaisser les pires épreuves dans la vie et de maîtriser les parcours les plus sélectifs à cheval. Yes, Lamazing ! Le Québécois a eu un parcours difficile, mais il a un talent fou et une "niaque" épatante, en plus d’un étalon hors pair. Après une épreuve aussi rude et intense, une vie faite de hauts et de bas, le Canadien voulait d’abord savourer sa victoire: "Le rêve d’une vie se réalise, comprenez que je veuille d’abord goûter ces instants". Et d’ajouter, "Le passé, c’est le passé. Merci à ma famille, à mes amis, à tous ceux qui m’ont soutenu dans les moments difficiles, je partage ce bonheur avec eux." Le parcours d’Eric Lamaze fut en effet semé d’embûches et tout sauf rectiligne. Une enfance pas facile et quelques vrais ennuis dus à la cocaïne. Cela le priva des Jeux Olympiques d’Atlanta et de Sydney et faillit même le bannir à vie du sport de compétition. Est-ce pour rattraper le temps perdu et racheter tout cela que le Montréalais est devenu plus sérieux, professionnel et si brillant ? Hongkong, ses premiers Jeux couronnés de deux médailles (à l’or individuel doit être ajouté l’argent par équipes) résonnaient comme une rédemption ! Ils font la paire Son succès, c’est aussi la rencontre avec un phénomène nommé Hickstead (comme le concours anglais). Un petit cheval de 160 cm athlétique et volontaire ("il se sent beaucoup plus grand que ça dans sa tête") que Lamaze (40 ans et 165 cm pour 65 kg) avait acheté à 7 ans, en Belgique. Hickstead, il l’a fait de C à Z. Hormis quatre mois de convalescence pour coliques, fin 2007, Hickstead (par Hamlet et Ekstein) n’en finit pas de briller. Au point que son cavalier est N°2 mondial avec un seul cheval de pointe, même si, lors du récent CSI-W de Toronto, Take off, 3e du Grand Prix final, et Narcotique de Muze II, une bonne fille de Darco victorieuse d’une grosse épreuve, ont démontré devenir des forces d’appoint non négligeables. Or, si Lamaze était le plus souvent en Europe cet automne, c’est pour tenter de progresser encore et, qui sait, devenir N°1 mondial. Au Canada, des médias ont critiqué cette absence post-olympique, mais les dirigeants québécois ont pris sa défense: "Eric était à Calgary et à Toronto, pour nos deux grands concours, et ce n’est qu’en se mesurant aux meilleurs et dans les plus grands concours européens qu’il peut devenir numéro un." Parmi les autres grands succès de Lamaze avec Hickstead, il faut citer les deux médailles (argent et bronze) des Jeux Panaméricains 2007 à Rio, le Masters de Calgary, l’épreuvela mieux dotée au monde (un million de dollars canadiens), en septembre 2007, ou encore un autre Grand Prix disputé cet étéà… Calgary (200’000 dollars). Spruce Meadows, une place qui leur convient ! En Europe, on les avait par exemple déjà vus seconds du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle en 2006. S’il a disputé ses tout premiers JO cet été à Hongkong, Eric Lamaze était de l’équipe canadienne aux Jeux Mondiaux 1994, 1998, 2002 et 2006 (où il s’était distingué les premiers jours), et il avait, en 1999, déjà décroché une médaille de bronze individuelle aux Jeux Panaméricains. En fait, il a toujours été considéré comme un très grand talent, avec un oeil parfait, un sens du rythme et une volonté incroyable. Entre l’Ontario et la Floride... Aux Jeux Panaméricains 2007 à Rio de Janeiro, Eric Lamaze et Hickstead s’étaient déjà parés d’argent (par équipes) et de bronze (individuel). Le jeune Eric n’a commencé à monter qu’à 12 ans, à Montréal, avec l’aide de Diane Debuc, qui l’entraînait et tentait de lui trouver des chevaux à monter. Sur sa route, il croisera aussi George Morris, Roger Deslauriers, Hugh Graham ou Jay Hayes. Et, très vite, il deviendra un des meilleurs. Il s’est fait tout seul, sans argent, et il est non seulement devenu un grand pro, mais aussi un des plus importants marchands de chevaux de sport outre-Atlantique. Ce natif de Montréal, personnage sympathique et décontracté, facile d’abord, a deux camps de base: Torrey Pines Stable, à Schomberg, dans l’Ontario, où il anime un grand centre équestre, entraîne de nombreux élèves et fait du commerce; et Wellington, à West Palm Beach en Floride, où il passe une bonne partie de l’hiver, avec ses chevaux et la plupart de ses élèves, dans d’autres installations magnifiques. Fort de ses succès, de ses talents de marchand et avec l’appui de bons propriétaires et mécènes, Eric Lamaze s’est construit une vie confortable. .vente de chevaux par hickstead, pouliche, poulain et poulinière de hickstead à vendre à l'élevage de vie.Photos et videos des pouliche, poulain,de foals et poulinière de hickstead à vendre à l'élevage de vie

hickstead

Jean-ChristopheBESSON
Lebourg 
50560  GEFFOSSES
tél: 01.30.56.65.49 portable: 06.15.92.10.54

Accueil | Présentation | Passion | Conduite d'élevage | Poulinières | Vente de chevaux | Dernières nouvelles | Etalons photos videos | Cavaliers Cavalières Photos Videos Blogs | Thèmes chevaux cheval | Liens | Monblog | E-mail élevage de vie |