osteopathie-chevaux-osteopathie-cheval
osteopathie-chevaux-osteopathie-cheval

élevage de vie : osteopathie-chevaux-osteopathie-cheval
élevage de vie

osteopathie-chevaux-osteopathie-cheval


ENTREE | ENTER

Il y a longtemps que la médecine ostéopathique humaine fait ses preuves sur l'homme, l'ostéopathie équine quant à elle a commencé à prendre son essor en Europe depuis une quinzaine d'année mais timidement. Cette nouvelle approche du cheval a rapidement acquis ses lettres de noblesse auprès des propriétaires de chevaux, et depuis la reconnaissance de l'ostéopathie humaine en avril 99, cette discipline se voue à un essor important et indiscutable en Europe : la coopération de plus en plus fréquente entre praticiens des médecines manuelles et allopathes (médecine vétérinaire classique) en est une preuve irrémédiable. Cependant, si certains vétérinaires ne font pas l'effort d'apprendre et de comprendre l'approche ostéopathique ; ils ne pourront pas évaluer et discuter de façon objective l'intérêt potentiel de cette thérapie manuelle spécifique. L'ostéopathe est l'ingénieur civil du corps, il ne se contente pas de soigner un problème physique, il traite également la cause du dysfonctionnement. L'originalité de l'ostéopathie, par rapport à toutes les autres disciplines, y compris acupuncture et homéopathie, réside dans le fait qu'elle n'interpose aucun intermédiaire instrumental entre le praticien et le cheval. Cet art médical a son spécialiste : l'ostéopathe, c'est pour cela l'ostéopathie ne se limite pas à une manipulation de quelques minutes, et n'importe qui ne devrait pas se prétendre ostéopathe. Cette approche thérapeutique globale se base sur des sciences à part entière comme l'anatomie, la biomécanique, la neurologie, la physiologie et la pathologie, il apparaît évident qu'une formation médicale approfondie est un prérequis indispensable avant toute formation en ostéopathie équine. L'ostéopathe fait de sa main un véritable outil d'investigation et de travail privilégié. Il utilise toutes les potentialités de la main comme vecteur de contact humain, meilleur moyen d'établir une relation, de concrétiser un désir de soigner. Malheureusement, la législation actuelle ne reconnaît pas officiellement la profession dans tous les pays. Ce qui a incité certains thérapeutes et autres pseudo-ostéopathes à exploiter cette lacune pour utiliser le titre à tort et travers et pratiquer quelques manipulations. Pour la santé et le bien-être des chevaux, il est indispensable que les ostéopathes équins disposent d'une formation médicale assez complète leur permettant d'exclure des pathologies qui ne seraient pas de leur ressort, et de diriger le cheval vers le praticien compétent. Reste à chacun alors les moyens de discerner les praticiens de qualité ! Les principes de base L'ostéopathie n'est pas une science nouvelle, bien au contraire, elle est toujours en pleine évolution. Elle a été découverte il y a un siècle, par le Docteur Andrew Taylor Still (1828-1917) qui était aussi ingénieur, et qui en a énoncé les principes et les bases. Il fut un des premiers à comprendre les rapports existant entre la notion de santé et l'équilibre fonctionnel de l'ensemble du corps. L'ostéopathie est, autant dans le grand public que dans le corps médical, soit complètement ignorée ou méprisée, soit connue sous l'angle éminemment restrictif des‚"manipulations vertébrales" et du traitement du "mal de dos". Ostéopathie et manipulation sont encore trop souvent confondues, et dans l'esprit de bien des gens, manipulation signifie action de force sur une articulation s'accompagnant d'un craquement prouvant la "remise en place" d'une vertèbre. Et pourtant l'acte d'ajustement vertébral n'a rien de commun avec la manipulation forcée, puisqu'il est toujours exécuté dans les limites physiologiques des articulations. L'ostéopathie s'attache donc à toutes les régions du corps du cheval, aussi bien le crâne, la mâchoire, les organes et viscères en souffrance. Il faut considérer le cheval comme " un tout " articulé autour de plusieurs composantes musculaires, fasciales ou physiologiques, toutes reliées entre elles". Pour le Dr Still, le squelette est une construction qui réagit aux contraintes mécaniques et toute perturbation mécanique va provoquer une perturbation dans le fonctionnement du corps quelque soit le système ( ex: locomoteur, ou circulatoire) ou sous-système (ex: musculaire, ou artériel) L'ostéopathe lui travaille comme un horloger, très appliqué à déceler et réparer avec délicatesse le mauvais rouage, celui qui entraîne le second rouage et qui provoque à son tour des perturbations dans les 3ème, 4ème ou X ème rouage… Donc rien avoir avec les rudes pratiques des rebouteux et autres vertébrothérapeutes voulant guérir le mal par la force. L'ostéopathie équine est donc l'application des principes de base de l'ostéopathie humaine au cheval. Cette forme de traitement va prendre en charge les lésions fonctionnelles du corps, ce sont ces lésions qui si elles s'installent vont à la longue donner des perturbations à distance et /ou irréversibles. Une " lésion ostéopathique " résulte d'un déséquilibre en série de plusieurs secteurs : osseux, viscéral, musculaire, voire même psychique. La douleur n'accompagne pas obligatoirement le trouble. Ceci s'explique par le fait que la lésion n'est pas un centre à partir duquel se propageraient douleurs et irritations, mais qu'elle constitue une convergence de stimulis Elle tente de rétablir l'équilibre perdu du corps qui a pu être dérangé, par exemple par : · une chute, une entorse ou un autre traumatisme, · un cheval qui, trop jeune, fut exagérément sollicité, · un cavalier qui monte unilatéralement, · une crispation suite à une mauvaise expérience ancienne, · un organe (viscère) en relation métamérique via le système nerveux avec la colonne vertébrale : (il existe une relation fonctionnelle entre les niveaux vertébraux et les organes) Indications de l'Ostéopathie · En dressage, le cheval n'exécute pas les exercices demandés, · Lors du " passage " le cheval effectue des mouvements saccadés ou il présente une difficulté pour ramener correctement un antérieur; · Lors du " piaffer " le cheval ne parvient pas à réaliser un trop élastique et élevé, ou il présente un problème de rassembler car un de ses postérieurs ne s'engage pas assez, · Lors du " changement de pied en l'air " le cheval repasse au trop ou au pas · Lors de la " pirouette au galop " il ne parvient plus à descendre son arrière-main au galop son arrière-main. · Lors de la " cession à la jambe " la tête ne veut pas s'orienter du côté opposé à la direction du déplacement · Il repousse ou n'accepte pas le mords, · Il ne se courbe pas d'un côté et reste rigide, · Il n'utilise pas son dos à l'obstacle, · Il essaye de mordre ou de ruer lorsqu'on lui met la selle, · Sous la main, il donne l'impression d'être gêné par son mors, il est dur en bouche · Il ne galope plus comme avant, ses performances diminuent. · Les lendemains de concours douloureux. · Certaines sortes de boiteries · Suivit prophylactique avant l'installation des " lésions " irréversibles Voici décrites quelques situations bien connues des cavaliers et auxquelles l'ostéopathie équine peut remédier, après évidemment consultation et concertation avec le vétérinaire traitant. LE TRAITEMENT OSTEOPATHIQUE VA RESTAURER LES MOBILITES NECESSAIRES A LA VIE DU CHEVAL EN BONNE SANTE, A TRAVERS LES PRINCIPES EMIS PAR LE DR STILL : - L'interdépendance structure- fonction : La plupart des dysfonctions sont dépendantes de modifications au niveau des structures du corps ; un blocage d'une articulation intervertébrale en extension au niveau lombaire, soit par de l'arthrose, soit par un spasme musculaire peut empêcher le bon engagement d'un postérieur. - La règle de l'artère. Une région du corps qui n'est pas bien vascularisée va s'affaiblir et n'assumera plus correctement sa fonction. Par exemple un blocage de l'articulation C7/Th 1 ( base de l'encolure) va provoquer une perturbation de la vascularisation d'un ou des deux antérieurs, et avec un facteur temps, peut provoquer une hypovascularisation de l'extrémité digitée (syndrome podotrochléaire-naviculaire ? ! ?) - L'unité du corps. Un blocage de l'articulation entre le crâne (occiput) et la première vertèbre cervicale (atlas) peut être responsable d'une perturbation de la bonne mobilité du sacrum (os du bassin) perturbant par exemple un piaffer! - La capacité d'auto-correction et d'auto guérison du corps L'ostéopathe ne prétend pas guérir, mais il libère les différents blocages, de manière à pousser le corps à rétablir son propre équilibre. En redonnant ainsi vie et mouvement à toutes les structures (os, muscles, articulation, viscères, liquides, …), l'ostéopathie permet à l'organisme de réagir, de lutter et de se défendre contre l'agression par des phénomènes d'autorégulation. Comment cela fonctionne ? Après avoir été " à l'écoute " des plaintes du cheval, la première tâche de l'ostéopathe consiste à découvrir où se situe le problème en analysant avant tout comment le cheval se déplace, puis en contrôlant le squelette parce qu'il constitue le pilier, la clé de voûte qui soutient le reste. Il cherche à établir le bilan de la mobilité et à réintégrer harmonieusement les segments osseux qui bougent plus difficilement que les autres. Il est guidé par les lois de la biomécanique, évalue la tension, la souplesse et la physiologie articulaire (capacité de mouvement), des articulations il doit trouver le moyen de rétablir un bon fonctionnement de l'organisme. Grâce à cet examen, il peut donc déduire quel pourrait être la cause du problème. L'ostéopathe équin va alors utiliser diverses techniques manuelles (douces dans la plupart des cas) les mieux appropriées aux types de tissus à corriger (osseux, musculaire, viscéral, tendineux…) pour réajuster les structures et rétablir en conséquence les fonctions perturbées. Lors d'un traitement, l'ostéopathe ne fait jamais usage d'appareils ou d'injections. Tous les soins sont réalisés par le touché et les mains de l'ostéopathe. Par le relâchement de certains muscles, la libération d'une articulation ou la manipulation d'une vertèbre, le corps du cheval recouvre son équilibre et par-là, est amené à guérir. Qu'attendre d'un tel traitement ? Le traitement ostéopathique n'est pas un traitement symptomatique orienté vers la douleur, mais un traitement garantissant une approche causale. Il permet de supprimer les restrictions de mobilité du corps, réajuster les structures pour restaurer les fonctions perturbées et redonner de la mobilité aux structures perturbées tout en supprimant les dysfonctions. Nous ne devons pas nous attendre toujours à un résultat immédiat, quoique cela arrive parfois. Après le traitement, il faut accorder quelques jours de repos au cheval pour permettre au corps de récupérer et de retrouver son équilibre. En pratique, le cheval sera mis de préférence au pré, et ne participera en tout cas à aucun entraînement ni compétition dans les 48 heures qui suivent la manipulation. Si cela est impossible, il faut en avertir l'ostéopathe avant le traitement, afin qu'il puisse en tenir compte dans le choix de ses techniques. L'ostéopathie équine n'a donc pas la prétention de soigner toutes les maladies, elle intervient efficacement dans de nombreuses affections. Sa pratique est soutendue par une éthique humaniste, et son exercice demande donc une formation théorique et technique particulière.

Jean-Christophe BESSON
Le bourg 
50 560  GEFFOSSES
tél : 01.30.56.65.49 portable : 06.15.92.10.54

Accueil | Présentation | Passion | Conduite d'élevage | Poulinières | Vente de chevaux | Dernières nouvelles | Etalons photos videos | Cavaliers Cavalières Photos Videos Blogs | Thèmes chevaux cheval | Liens | Mon blog | E-mail élevage de vie |