philippe rozier
philippe rozier

Elevage de vie : philippe rozier
The " De Vie " breeding farm

philippe rozier

philippe rozier




ENTREE | ENTER

philippe rozier

Philippe Rozier, nous n’en serions pas là où nous sommes en ce moment dans le sport de haut niveau. C’est un propriétaire ‘‘normal’’ qui nous fait confiance, qui investit pour le sport et qui nous laisse faire notre travail. L’élevage n’est pas son métier, mais il est passionné comme un éleveur qui garde ses bons chevaux pour aller au plus haut niveau. » Point de vue identique de la part de Michel Ruel, du Haras de Blondel, en charge de l’insémination des juments : « Quand les choix d’étalons sont faits, Christian nous fait totalement confiance. C’est un plaisir de travailler avec cet homme-là. Si tout le monde avait la même attitude que lui dans ce métier, ça irait beaucoup mieux ». Michel Ruel insiste sur un autre trait du caractère : la générosité. « Je me souviens d’un poulain de Désir du Chateau qui ne correspondait pas à ce que l’on attendait de lui. Il l’a donné à une jeune cavalière qui commençait en concours. Vous en connaissez beaucoup qui ferait cela ? » Toscanini (Jadis de Toscane et Insolente) avec sa porteuse. La passion des Baillet pour les chevaux est très ancienne. Si Christian n’a jamais pratiqué la compétition à haut niveau, il a toujours entretenu un rapport privilégié avec les chevaux à fort potentiel, rapport certainement favorisé par sa fille Isabelle, titulaire pour le plaisir d’une deuxième catégorie et vice-championne en titre des cavalières. C’est par elle que s’est faite la rencontre avec les cracks cavaliers de Bois-le-Roi. « Nous étions au club de Versailles, raconte Christian Baillet. Quand Isabelle a voulu sortir en compétition et se perfectionner, nous sommes allés chez les Rozier. » Les clients sont devenus amis à la faveur d’une certaine Ubiaze. Née dans les Ardennes à Pourru-aux-Bois chez Michel Legrand, elle fut acquise à 2 ans par Pierre Gillet et confiée à José Nicolas, cavalier de Champagne-Ardenne, qui gagna avec elle quelques B1 à 6 et 7 ans. Philippe Rozier l’acheta en co-propriété à cette époque puis la revendit à Christian Baillet peu après. Elle est aujourd’hui poulinière à Irreville, propriété des Baillet en Normandie, à la tête d’une belle descendance. Ubiaze, une Anglo de complément par Pavo Réal PS et Lychée PS - proposée sans succès à la vente de Reims à 3 ans - tourna en classe A et en internationaux sous la selle de Philippe Rozier. En 1995 elle avait un ISO de 160. Des rapports de confiance Christian Baillet fait confiance à ses cavaliers et plus généralement à tous ceux qui l’entourent dans le domaine du cheval. « J’ai autour de moi des gens compétents, je prends les avis mais c’est toujours moi qui décide. J’assume mes choix, même quand je me trompe. Je ne rejette jamais la responsabilité sur quelqu’un d’autre. » Dans la vaste et belle propriété d’Irreville où Mme Baillet est en forte empathie avec ses protégés, Fabrice Mouchet, régisseur du domaine, et Michel Péchaux, responsable de l’élevage, veillent au grain. Les anciennes stars des pistes sont là avec leurs petits. Il y a Make My Day, 22 ans, une jument suédoise par Cortez qui tourna en internationaux avec Philippe Rozier, Roxane (Prince de Thurin) aux 80 victoires, l’ancienne jument de concours d’Isabelle. Diamant de Semilly, Apache d’Adriers, Dollar du Murier, Kannan, Baloubet du Rouet, Idéal de Prissey, Flyer, Voltaire, Jadis de Toscane sont les étalons préférés de la maison qui servent en transfert ou en insémination les juments qui ont tourné ou tournent en concours : Electra d’Amaury (Quidam de Revel), la jument avec laquelle Isabelle fut vice-championne des cavalières l’an dernier, Chanel de la Côte (Rosire) et Hot Shot (Grannus) chez Jacques Bonnet, Insolente (Darco), Héritière d’Adriers (Apache) et Diane du Landais (Benroy) chez Philippe Rozier. Côté étalons, Gracieux Ardent est chez son champion de France Pro 1 Jacques Bonnet, ainsi que Jani de Blondel (Paladin des If), un des derniers produits de Phédra Ratelière. Idéal de Prissey (Le Tot de Semilly - Amarpour) et Jadis de Toscane (Quidam - Laudanum), les champions de France à 5 et 6 ans, sont chez Philippe Rozier. Lauterbach (Landor S), qui a gagné les 6 ans à La Baule et confirmé son potentiel à Saint-Tropez, et Randgraff (Burgraff) viennent d’intégrer l’écurie de Bois-le-Roi. Tous les poulains naissent à Irreville. Ils y restent jusqu’à 3 ans. Débourrés par Fabrice Mouchet, ils sont ensuite répartis chez les cavaliers : Philippe Rozier, Jacques Bonnet, Jean-Charles Gayat et Anne-Laure Gauthier. Retour à la maison en fin de carrière. « On les garde pour l’histoire qu’on a vécue avec eux, pour les souvenirs et pour leur offrir une fin de vie heureuse. Nous aimons faire les choses bien », affirme Denise Baillet. Difficile en effet de trouver une meilleure attention sans pour autant verser dans l’excès. « Il n’y a pas que les chevaux dans la vie », dit Denise. Christian acquiesce. Un signe qui ne trompe pas et qui est significatif des méthodes d’élevage : tous les poulains sont manipulés très tôt et n’ont absolument aucune crainte de l’homme. La confiance règne à tous les niveaux

philippe rozier

philippe rozier

Jean-Christophe BESSON
Le bourg 
50 560  GEFFOSSES
tél : 01.30.56.65.49 portable : 06.15.92.10.54

Accueil | Présentation | Passion | Conduite d'élevage | Poulinières | Vente de chevaux | Dernières nouvelles | Etalons photos videos | Cavaliers Cavalières Photos Videos Blogs | Thèmes chevaux cheval | Liens | Mon blog | E-mail élevage de vie |